Ce qu’il ne fallait pas manquer dans les médias cette semaine

photo 1

©Pixabay.com


Économie des médias

La bonne affaire. En concluant le rachat de Rdio, récemment mise en faillite, Pandora prévoit de se lancer sur le service de streaming à la demande et, de ce fait, faire évoluer son modèle économique. La radio américaine en ligne entend ainsi donner la réplique à ses principaux concurrents, Spotify et Apple Music.

photo 2

©CC Search/Flickr

À bas la publicité. Il y a tout juste un mois, le numéro un des réseaux sociaux déployait son nouveau format, destiné aux publications des médias. Si ce nouvel usage permet aux partenaires de gagner de la visibilité pour un contenu donné, il serait difficilement monétisable. La faute aux restrictions de Facebook concernant les publicités que les éditeurs peuvent y insérer.

La fin d’un règne. L’éditeur du célèbre magazine anglais FHM, Bauer Media, a annoncé la fin de sa parution au vu de ses faibles chiffres de vente. Le groupe allemand a aussi indiqué la fermeture du magazine Zoo, également à destination du public masculin.


Les petits nouveaux

« Launchpad ». C’est le nom de la plateforme créée par le site d’Amazon UK à partir de laquelle les entreprises sélectionnées pourront mettre en avant, puis vendre leurs produits. En échange, le géant de l’e-commerce obtiendra une part sur les ventes réalisées.

Exit Spotify ou encore Deezer. La filiale de Google vient de lancer aux États-Unis un service d’offre de streaming musical, baptisé « Youtube Music ». Gratuite avec de la publicité, l’application propose un catalogue de plus de 50 millions de titres de professionnels, mais aussi d’amateurs. L’entreprise n’a toutefois pas précisé si elle souhaitait l’étendre à d’autres pays.

100% afro. Tout droit importée des États-Unis, la chaîne de divertissement fait ses débuts à la télévision française. BET, comme Black Entertainment Television, est ainsi distribuée depuis quelques jours dans 18 millions de foyers, par les bouquets du câble, du satellite et de l’ADSL. L’objectif ? Offrir aux téléspectateurs des programmes inédits, jamais diffusés en France.

Démêler le vrai du faux. C’est la mission que se donne le premier site en Afrique de fact checking (vérification des faits), depuis son lancement en 2012. Fort de son succès sur le continent africain, le site Africa Check a lancé cette semaine sa version française dans l’optique de capter l’attention des lecteurs francophones du continent.

photo 3

©Capture écran Twitter @AfricaCheck


Nouveaux usages

Un gadget pas comme les autres. Le quotidien américain, avec la complicité de Google, offre à ses abonnés la possibilité de découvrir une série de quatre reportages de guerre en réalité virtuelle. Ces derniers, diffusés sur l’application NYT VR, peuvent ainsi être consultés à l’aide d’une boîte en carton équipée de deux verres, appelée « CardBoard ».

À peine vus, déjà disparus. Facebook a testé, cette semaine, en France, une fonctionnalité de messages éphémères sur son application Messenger. Une fois activée par les utilisateurs, celle-ci permet de faire disparaître les messages d’une conversation, une heure seulement après leur envoi. Il est cependant possible de les sauvegarder au moyen d’une capture d’écran.

La sécurité avant tout. Développé par le réseau social quelques heures après la série d’attentats qui a frappé Paris vendredi dernier, l’outil Safety Check pourrait prochainement être polyvalent. Initialement utilisé pour aider les populations à signaler leur position en cas de catastrophe naturelle, le dispositif servira également à donner de ses nouvelles en cas d’attentats. Et ce, partout dans le monde.


DRH du PAF

Le changement, c’est maintenant. L’ex-présidente de la régie Amaury Médias vient d’être recrutée par France Télévisions pour prendre la Direction générale de sa régie France Télévisions Publicité. Son arrivée s’inscrit dans une volonté d’apporter une approche innovante pour le marché publicitaire. Elle succède ainsi à Daniel Saada qui, de son côté, a été nommé Président de la régie Les Échosmédias.


Vendredi noir

À tort ou à raison. L’effroyable soirée du 13 novembre a, semble-t-il, opéré un tournant dans la crédibilité des médias. L’universitaire François Jost met en effet un point d’honneur à saluer, dans une chronique de l’INA, la prudence dont ont fait preuve les vieux médias dans le traitement de l’information.

photo 5

©Capture écran Twitter

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s