I-Télé, Vivendi et Mediaset, France Télévisions : résumé de la semaine des médias

Semaine du 20 au 27 octobre 2016

Au sommaire : retour sur la grève à I-Télé, l’échec de l’alliance entre Vivendi et Mediaset, France Télévisions épinglée par la Cour des Comptes. Mais aussi, « La Croix » s’internationalise et « Le Monde » crée son Making Of.

  • I-Télé : la crise s’enlise

Lundi, la grève à I-Télé a été reconduite pour le huitième jour. La direction a décidé de suspendre l’émission « Morandini Live » jusqu’à la fin du conflit. Cette suspension temporaire indique que la direction n’entend pas remettre en question la présence de l’animateur à l’antenne. Qui a été mis en examen pour « corruption de mineurs » et « corruption de mineurs aggravée ».  Les annonceurs fuient, désertent la plage horaire. Pour « Libération », « la fronde n’est pas anecdotique ».

Le CSA a indiqué être préoccupé quant à la « pérennité de la chaîne d’information en continu » et a insisté « sur la disproportion entre les enjeux liés à l’avenir de cette chaîne (…) et ceux propres à la situation individuelle d’une personnalité des médias ». La ministre de la Culture, Audrey Azoulay, s’est prononcée contre une « trumpisation de l’info ».

Un compte twitter (@greve_i) a été créé. Les réactions de soutien se multiplient sous le hashtag #JesoutiensITELE, y compris parmi les rédactions concurrentes. Yann Barthès a terminé son émission en soutenant les journalistes.

La chaîne I-Télé, empêtrée dans les liens d’amitié entre l’actionnaire Vincent Bolloré et l’animateur Jean-Marc Morandini, indique vouloir faire appel à une médiation.

  • Alliances en cours et finances des médias

Le secteur des médias dans la voie de la « convergence ».
Semaine difficile pour Vincent Bolloré avec la grève des journalistes d’I-Télé mais aussi les tensions entre Vivendi et Mediaset qui s’apprêtent à s’expliquer devant la justice, le 8 novembre. Le partenariat entre Vivendi et l’empire télé de la famille Berlusconi a pris l’eau cet été. Il devait permettre l’acquisition par Vivendi de 100% du bouquet payant italien de la firme, Mediaset Premium et s’accompagnait d’un échange de participation de 3,5% entre Vivendi et la maison mère, Mediaset. Bolloré avait fait volte-face trois mois après la signature de l’accord, jugeant les chiffres peu crédibles alors que Mediaset répliquait en assignant Vivendi pour non exécution du contrat. Cette semaine, Vincent Bolloré s’est fendu d’un communiqué dans lequel il « se considère aujourd’hui libéré de sa volonté de privilégier une solution amicale ».

Mariage heureux, cette fois. L’opérateur de télécoms AT&T a racheté Time Warner pour 85 millions de dollars, géant de la télévision (CNN, HBO) et du cinéma (Harry Potter, Batman). C’est l’acquisition la plus chère de l’année 2016. Le candidat républicain Donald Trump a réagi à la fusion et promis qu’il s’y opposerait s’il était élu le 8 novembre prochain. Le magnat de l’immobilier considère qu’il s’agit d’une trop forte concentration des pouvoirs entre les télécommunications et les médias. Selon Le Monde, « la proposition d’AT&T constitue une énième péripétie pour Time Warner, dont l’histoire a été rythmée par les mariages et les séparations ». Depuis 1989, le groupe a grandi en raison du rapprochement des activités de presse écrite (Time MagazineFortune…) avec les studios de cinéma de la Warner.

L’oeil dans les finances des médias.
France Télévisions dans le viseur de la Cour des Comptes. Les magistrats de la rue Cambon estiment que l’entreprise audiovisuelle ne s’est pas suffisamment réformée entre 2009 et 2015 pour faire face à la transition numérique. Ils pointent la masse salariale (9 932 emplois à temps plein, fin 2015), plaident pour une réduction des charges et suggèrent un rapprochement des réseaux France 3 et France Bleu.

Une page se tourne pour « Pariscope ».
L’hebdomadaire parisien a quitté les kiosques après avoir publié son dernier numéro le 19 octobre. Crée en 1965 par Daniel Filipachi, patron d’Hachette Filipacchi, et Philippe Grumbach, rédacteur en chef de L’Express, ce petit guide culturel coûtait 50 centimes d’euro. Il annonçait les séances de cinéma, les représentations de théâtre, les expositions et les concerts à Paris et en Ile-de-France. En juin 2016, ses ventes étaient tombées à 21 000 exemplaires.

  • Sur les traces du pionnier américain

« La Croix » s’internationalise. Le quotidien lance « La Croix international », une version anglaise. Il s’agit d’un véritable renouvellement pour le quotidien du groupe Bayard, détenu depuis 1873 par la congrégation religieuse des augustins de l’Assomption.
Le site souhaite faire le pari d’intéresser un public anglophone, de Français vivant à l’étranger ou encore d’étudiants qui souhaitent se perfectionner dans la langue de Shakespeare. L’abonnement mensuel coûte 39 euros et la rédaction se donne trois ans pour parvenir à l’équilibre.

« Le Monde » en coulisses. Le quotidien s’inspire du New York Times et de sa rubrique « Times Insider » pour lancer Making Of. Le concept ? Faire rentrer les lecteurs dans les rédactions du « Monde », partager les débats des journalistes. Le quotidien a par exemple publié un comité de rédaction consacrée au traitement photographique du terrorisme. Le projet s’inscrit également dans la lignée du Making-Of lancé en 2012 par l’AFP.

Publie, publie pas ? Lundi 24 octobre, « Le Monde » a publié un édito intitulé « Prendre Marine Le Pen aux mots » dans lequel il justifie son choix de ne pas publier de tribune de la présidente du Front National. Jérôme Fénoglio, directeur du quotidien, explique le choix de la rédaction de décortiquer « les non-dits » dans un exercice de mise en perspective plutôt que d’accorder au parti frontiste un « signe supplémentaire de son institutionnalisation ».

Le lendemain, mardi 25 octobre, le New York Times consacrait deux pages aux insultes proférées par Donald Trump depuis l’annonce de sa candidature aux élections présidentielles américaines. Fin septembre, le quotidien américain avait apporté son soutien à Hillary Clinton.

  • Ça bouge dans les rédactions (la suite !)

Le 12 octobre, notre site annonçait le départ d’Helen Boaden de BBC Radio. Elle est remplacée par Bob Shennan. Il était auparavant directeur de la populaire BBC Radio 2. Un homme de radio à un poste de directeur de radio, donc.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s