L’actualité médiatique de la semaine

La fin de la grève à i-Télé, l’amertume des médias suite à l’élection de Donald Trump, des groupes de presse qui s’associent, l’arrivée de médias américains en France … on vous en parle tout de suite.

semaine du 10 au 16 octobre


La fin d’une grève historique

Cette fois-ci c’est la bonne ! Ce mercredi 16 novembre, les salariés d’i-Télé semblent avoir trouvé un compromis avec la direction de la chaîne d’information en continu. 31 jours, c’est le plus long arrêt de travail dans un média audiovisuel privé. La reprise du travail a été votée à l’unanimité en assemblée générale.

Bilan : plus d’une trentaine de départs de journalistes, de l’émotion, et des promesses. Maxime Saada, le directeur général de Canal +, a annoncé vouloir « prendre des engagements sur l’indépendance » et à créer rapidement un nouveau comité d’éthique. Cependant, les salariés n’ont pas obtenu le renvoi de Jean-Marc Morandini… Une grève qui restera dans les mémoires, avec un goût amer.

Et maintenant, à quoi va ressembler i-Télé ?

« L’après Trump »

Trump et les médias, l’amour vache.

L’élection du nouveau président américain surprise a pris les médias du monde entier de court. Une semaine après, ils font encore leur mea-culpa. « Nous nous sommes trompés », c’est la déclaration qui revient le plus souvent chez les journalistes outre-Atlantique. L’éditorialiste du New York Times se veut lui aussi extrêmement sévère: «Si les médias d’information n’ont pas réussi à présenter un scénario politique basé sur la réalité, alors ils ont échoué dans l’exercice le plus fondamental de leur fonction». Certains médias se demandent s’ils n’ont pas contribué à la victoire du magnat de l’immobilier, dont la campagne populiste a reposé pendant des mois sur le refus de l’establishment et la critique des médias traditionnels.

Alors que des dizaines de milliers de personnes ont manifesté contre l’élection de Donald Trump dans tout le pays, le futur président lui, a accusé les médias de les inciter.

Hier encore mercredi 16 novembre, Donald Trump s’en est pris au New York Times, qui a révélé dans son éditorial que les dirigeants étrangers avaient du mal à joindre le prochain président des Etats-Unis.

Et ce n’est que le début de ce qui semble être une bataille entre Donald Trump et les médias américains.

Des grands médias qui s’internationalisent

Un gros changement en vue.

Naguib Sawiris dans les nouveaux locaux d’Euronews à Lyon le 15 octobre 2015. Crédit photo : Philippe Desmazes pour l’AFP.

Naguib Sawiris dans les nouveaux locaux d’Euronews à Lyon le 15 octobre 2015. Crédit photo : Philippe Desmazes pour l’AFP.

Euronews, la chaîne d’information paneuropéenne basée à Lyon va peut-être voir son nom se modifier, pour prendre en compte l’apport de son nouveau partenaire NBC News. Ce dernier est actuellement en train de négocier son entrée au capital d’Euronews. Avec une participation comprise entre 15 et 20 %, NBC News deviendrait le deuxième actionnaire de la chaîne, le premier étant le magnat Naguib Sawiris, qui possède 53% du capital. Euronews a récemment supprimé 35 postes afin de se doter d’un nouveau siège et lancer une déclinaison africaine. On ne sait pas encore si le rapprochement avec NBC sera susceptible d’avoir un impact sur les effectifs.

    En savoir plus :

  • Article Les Echos
  • Article Le Figaro

  • Onze nouvelles langues pour la BBC.

    Mercredi 16 novembre, la direction de la British Broadcasting Corporation a dévoilé a rendu public un document sur sa politique de développement. Au programme, la création de 11 nouveaux services de langues, l’élargissement des services de la télévision, et plus de contenus pour la téléphonie mobile et les services numériques. Pour Tony Hall, le directeur général du service public de l’audiovisuel britannique, il s’agit d’un « jour historique », car il est le jour de l’annonce de « la plus grande expansion du service mondial depuis les années 1940. »

    Objectif : 500 millions d’auditeurs dans le monde, d’ici à 2022.

    Le principal défi de ce média entièrement financé par l’Etat britannique est de lancer un service radio à destination de la Corée du Nord, pays le plus fermé du monde, qui a par exemple appris l’élection de Donald Trump une semaine après le monde entier.

      Pour aller plus loin :

  • Article de BBC Afrique
  • Article des Echos

  • Encore un site d’information américain qui s’installe en France !

    C’est le petit dernier d’une longue série. Forbes, célèbre magazine américaine du milieu des affaires, a lancé mercredi 16 novembre une version web française. Si le site recense une audience de 500 000 visiteurs uniques d’ici le printemps 2017, le magazine sera publié en format papier.

    Dominique Busso, directeur général de Forbes France, explique viser un lectorat « haut de gamme en France et dans les pays francophones ».

    Déjà implanté dans 36 autres pays par licence d’exploitation, Forbes, qui fêtera ses 100 années d’existence en 2017, veut se faire une place dans le paysage français. Avant lui, Slate a initié le mouvement en 2009, puis la tendance s’est accélérée avec l’arrivée du Huffington Post en 2012, Buzz Feed en 2013, et Business Insider en 2016.

      Compléments d’information :

  • Article Le Figaro
  • Article L’Express
  • Comment ça va, Canal + ?

    Pas très bien…
    Depuis la reprise en main de la chaîne par Vincent Bolloré, la chaîne a perdu plus de 10% de ses abonnés en France, soit 542 000 en un an. Un chiffre communiqué par la maison mère Vivendi.

    Du coup, Canal + a négocié un contrat en or !
    Histoire de remettre les jeunes devant leur télévision, le groupe a signé un accord d’exclusivité de cinq ans avec Viceland, la chaîne de télévision destinée aux millenials. Dès le 23 novembre, les reportages et le ton brut et décalé bien connu de Vice débarqueront sur la chaîne crypté. On a hâte…

    A l’occasion du lancement dans moins de dix jours, Shane Smith, le patron de Vice, a donné une conférence de presse à Paris le 15 novembre, pour présenter la nouvelle chaîne. Télérama y était, et a réalisé une jolie interview du fondateur emblématique de Vice.

      [Cliquez sur la photo pour lire cette interview.]

    shane-smith

    Et du côté des social medias ?

    Une extension pour repérer les fausses informations

    Il est aujourd’hui si difficile de démêler le vrai du faux sur les réseaux sociaux, qu’un journaliste d’un site du New York Magazine, Brian Feldman, a créé une extension pour Chrome. Elle permet de savoir si un site que l’on consulte est susceptible de contenir des erreurs, des hoax ou des informations fausses et mensongères.

    C’est face à l’immobilisme de Facebook, et à sa non réaction à la prolifération d’articles faux sur le réseau social que ce journaliste a décidé d’agir. Après l’élection de Donald Trump et le vote du Brexit, il s’est dit qu’il fallait peut-être réagir, car les réseaux sociaux en sont sûrement pour quelque chose.

    Rendez-vous jeudi matin prochain
    pour un nouveau tour
    de l’actualité médiatique !

    Publicités

    Laisser un commentaire

    Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

    Logo WordPress.com

    Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

    Image Twitter

    Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

    Photo Facebook

    Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

    Photo Google+

    Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

    Connexion à %s