Le petit-dej’ média des étudiants de SciencesPo Rennes

Vous n’avez pas pu suivre l’actualité des médias de cette semaine ? La mise en cause de la crédibilité des journalistes, Apple qui tente de réguler votre flux d’information ou encore les dernières frasques juridiques de Vincent Bolloré n’ont pas trouvé place dans votre emploi du temps ? Pas de problème, comme chaque jeudi, on se charge de faire le point avec vous tout en accompagnant votre café matinal.

Vers un agacement généralisé de la désinformation

François Hollande ne se représentera pas en 2017. Si le président français a officiellement renoncé à briguer un second mandat, pour les différents acteurs médiatiques, ce scénario était loin d’être une évidence. Acrimed publie un montage, compilant les différents titres des quelques jours qui ont précédé l’annonce du président de la République.

hollandepascandidat

Cette action fait écho à un procédé similaire au moment de la déroute d’Alain Juppé lors de la primaire de la droite. Pour l’observateur des médias, c’est surtout le moyen d’appuyer sur la préoccupation des médias, en période électorale, à mettre en avant les hommes et personnalités plutôt que les enjeux et questions susceptibles de nourrir le débat politique.

Une perte de crédibilité des médias traditionnels qui pourraient conduire une partie du lectorat à s’informer autrement. C’est le cas aux Etats-Unis où les sites de « fake news » (qu’on pourrait traduire par « site d’infaux ») sont au coeur du débat depuis plusieurs semaines. Le Monde revient sur le dernier fait en date, le Pizzagate. Où comment une simple rumeur diffusée par des comptes twitter et sites conspirationniste, a pu devenir un sujet relayé par le Washington Post ; et conduire un homme à faire irruption dans une pizzeria, tirant plusieurs coups de feu.

Pour approfondir sur les « sites d’infaux » :

Arrêt sur images : « Mais au fait, qui sont les « sites d’infaux » américains ? » 

Et chez les social média, il se passe quoi ?

« Selon vous, le titre de ce lien emploie-t-il un langage trompeur ? »

C’est avec cette question que Facebook souhaite mettre un terme à la viralité des fausses informations. En invitant les utilisateurs a signalé le contenu par l’intermédiaire d’un sondage, le réseau social tente de soigner son image entachée par les critiques depuis l’élection de Donald Trump. D’ailleurs, les géants du web que sont Facebook, Twitter, Microsoft et Youtube s’unissent pour lutter contre le terrorisme. Une décision qui intervient alors que les réseaux sociaux sont très critiqués pour être, à leur insu, les vecteurs de la propagande terroriste.

Autrement, Facebook a annoncé la sortie prochaine de « Collection ». Une nouvelle fonctionnalité visant à mettre en avant les contenus de médias partenaires, dont la plate-forme web d’Europe 1 en détaille la stratégie. Un clone de Snapchat Discover ? S’il est évident que Facebook semble s’inspirer de l’application de vidéos éphémères, il en reste que le contrôle de l’information et la manne financière pourraient être considérable pour la firme de Mark Zuckerberg.

Les médias, une visibilité à tout prix ?

Cette semaine, Inaglobal.fr a publié un article sur la place des contenus News dans la stratégie d’Apple. De l’instrumentalisation d’un geste banalisé par les utilisateurs d’iPhone (le fameux geste vers la droite), le géant américain tente de contrôler et de codifier notre manière de consommer l’information. La régulation du flux d’information et des sources spécialement choisi par Apple, entraîne les éditeurs à une compétition féroce pour figurer dans le widget du nouvel iOs, sans que la firme à la pomme n’ai à les financer.

Un procédé qui pourrait à terme, banaliser le contenu des éditeurs. Ces derniers sont substitués à de simples « matières premières », puisque faisant parti d’une rotation dans la chaîne d’information. Les médias pourraient perdre leur identité et à terme, être réduit à un chaînon au service d’Apple. Cette question apparaît d’autant plus délicate qu’un rapport de l’agence Zenith Optimedia évoque la migration des annonceurs vers les médias sociaux,  au détriment des journaux. Une tendance qui suivrait l’évolution de consommation de l’information, qui tendraient à aller vers les réseaux sociaux.

« En 2019, Facebook, Twitter, Instagram, Snapchat et autres réseaux pèseront au total 50 milliards de dollars« 

En restant sur des chiffres sidérants, les révélations autour du Football Leaks montrent un autre aspect de la visibilité des médias. Cette plus grande fuite d’information de l’histoire du football est menée par un réseau de médias européens, dont Mediapart fait partie : European Investigative Collaborations (EIC). Les journalistes de 12 médias ont décortiqué l’équivalent de 500 000 bibles de données informatiques de tout genre : e-mail, documents numérisés, contrats pour montrer les dessous du sport le plus populaire de la planète. Publié la veille du match le plus suivi de la planète, FC Barcelone – Real Madrid, le sujet est rapidement devenu l’un des sujets les plus commentés sur les réseaux sociaux ces derniers jours et Cristiano Ronaldo, rapidement érigé en allégorie de Goldmann Sachs gominé, avec ces 150 millions d’euros détournés au Trésor public espagnol.

En France, Vincent Bolloré (encore) au centre de l’actualité médiatique

Alors que le milieu médiatique pleure le décès de l’ancien président de France Télévision, Rémy Pflimlin, figure emblématique des médias, Vincent Bolloré fait encore parler de lui.

Près d’un mois après la question iTélé, Bolloré porte plainte contre France 2. En cause, le reportage dont il fait l’objet par l’émission Complément d’enquête au sujet de ses activités africaines. Après avoir porté plainte une première fois au Cameroun, réclamant au passage la somme de 50 millions d’euros, le propriétaire de C+ traîne la chaîne publique, en justice, pour diffamation le 1er décembre 2016.

Le même jour, se tenait le procès en appel du puissant homme d’affaires breton contre Bastamag. Le média indépendant qui avait qualifié les activités de Vincent Bolloré à une forme de « néocolonialisme » en Afrique a été traîné en justice, huit mois après une première relaxe. L’entrepreneur y voit un « travail de cochon » et un « article insupportable » pour son honneur.

 

Vincent Bolloré peut aussi soucier au niveau concurrentiel. Après avoir repris les droits de diffusion du championnat de Premier League, Altice et SFR, propriété de Patrick Drahi ont réussi à signer deux partenariats exclusifs avec deux géants américains Discovery et NBCUniversal. C’est un grand coup pour SFR qui élargit son bouquet audiovisuel avec des partenariats exclusifs dans le divertissement, le cinéma et les séries… domaines qui pendant longtemps fûrent la marque de fabrique du groupe Canal +. L’interview du directeur adjoint souligne la volonté de SFR de s’affirmer comme un nouvel opérateur convergent, désireux de se projeter au-delà de son cercle d’abonnés.  Un revers de plus pour Vincent Bolloré et de grandes chances qu’on vous reparle du sulfureux propriétaire de C+ ces prochaines semaines.

Bonus : Sûr d’avoir tout compris ? Un petit quizz est là pour vérifier vos connaissance https://www.playbuzz.com/mehdim10/as-tu-bien-compris-larticle

C’est tout pour cette semaine, rendez-vous la semaine prochaine pour un nouveau tour de la question média. Agréable journée, restez connectés. giphy

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s