Actu média : une croisade pour redorer le blason de la presse

La grosse info de cette semaine, c’est le divorce quasiment consommé des Français avec les médias, et surtout avec les journalistes. Selon une enquête Kantar effectuée pour le journal Lacroix, les médias accusent le coup : quelques 36% de la population sondée ne suivent l’information qu’avec « un intérêt assez faible ou très faible ». Depuis le 2 février, ce « baromètre des médias » a fait couler beaucoup d’encre de la part des concernés, comme une sorte d’écho à la crise de confiance des groupes d’information suite à l’élection de Donald Trump.

cover-r4x3w1000-58986848707e2-medias-1

L’heure est à la rétrospective. Il faut cibler ce qui est à la source de cette crise de défiance à l’égard des médias, et surtout des journalistes. D’après Julia Cagé dans une interview accordée aux Décodeurs, économiste et spécialiste des médias, il existe « une priorité aujourd’hui : redonner de l’envie aux lecteurs, par exemple avec des supports alternatifs. Et rétablir la confiance. Malheureusement, informer ne suffit plus. » En cause, l’accroissement de la consommation d’information sur les réseaux sociaux plutôt que sur les médias traditionnels.

En cette semaine de remise en question de la pratique journalistique, la plupart des médias s’est accordée sur une chose : l’attractivité des nouveaux modes de communication et la banalisation des « fake news » ont, comme l’explique meta-media, rendu inaudible le travail journalistique professionnel et sérieux d’investigation et de vérification des faits. L’émergence d’un nouveau lexique médiatique (fake news, alternative facts, post-vérité, réinformation…) suite aux victoires du Brexit puis de Trump, est de ce point de vue édifiante : la guerre entre médias est déclarée.

Les médias traditionnels s’en vont en guerre

Et ils en appellent à leurs généraux Facebook et Google pour mener la bataille. Cette semaine, Google et First Draft News (une coalition de journalistes luttant contre la désinformation en ligne) ont annoncé la création de CrossCheck, ou « vérification croisée », une nouvelle arme de fact-checking qui se fera en partenariat avec avec seize médias français, dont Le Monde – qui a lui-même développé Decodex la semaine dernière – l’AFP, et BuzzFeed News. Une équipe d’étudiants en journalisme, recrutés au CFJ et à l’école de journalisme de Sciences Po et formés par Google, « résumeront et remettront dans leur contexte chaque allégation » (citations tronquées, photomontages, rumeurs…), un flux qui sera supervisé par l’Agence-France Presse et consultable sur le site CrossCheck. L’outil sera mis en ligne le 27 février, deux mois avant le premier tour des présidentielles.

L’initiative est soutenue par Facebook, qui a également annoncé cette semaine la création de son propre outil de fact-checking en partenariat avec huit médias français, dont Le Monde, l’AFP, Libé, BFM-TV, ou encore France Info. Le but ? Permettre aux utilisateurs de signaler un contenu sur le réseau qui leur semble faux ou peu fiable. Dès lors que deux « fact-checkers amateurs » signaleront un contenu, celui-ci sera envoyé à l’une des équipes partenaires de Facebook pour vérifier l’info. Pourquoi ? Facebook s’inscrit dans ce mouvement planétaire anti-intox, notamment après que le géant du web a essuyé nombre de critiques vis-à-vis de l’élection de Trump. Dans la même lignée, Facebook a annoncé plus tôt dans la semaine une modification de son Newsfeed Ranking Algorythm, vous savez, cet algorithme qui trie les informations et les affiche selon vos différentes affinités. Désormais, Facebook annonce que les publications qui auront un meilleur ranking seront celles qui seront les plus « authentiques » et celles les plus proches de l’actualité plutôt que les affinités.

Ailleurs dans l’actu, mais important quand même

Snapchat, qui compte 150 millions d’utilisateurs actifs par jour dans le monde, vient d’officialiser sa volonté d’entrer en bourse. Le réseau préféré des millenials se lance dans un marathon financier dans lequel il devra convaincre Wall Street de sa crédibilité sur le marché. L’appli du petit fantôme jaune ne devrait pas avoir trop de soucis à convaincre les actionnaires; en 2016, Snapchat enregistrait plus de 400 millions de dollars de chiffre d’affaire, soit presque sept fois plus qu’en 2015.

Youtube a lancé ce mercredi deux nouvelles fonctionnalités : le live sur mobile à partir de 10 000 abonnés et le Super Chat. Le live, c’est pour contrer Facebook et son « Facebook Live » sur le segment du streaming. L’autre fonctionnalité est un moyen pour les youtubers de monétiser leur contenu. Les utilisateurs ont désormais la possibilité d’acheter des commentaires – oui, oui, acheter – qui seront affichés en-dessous de la vidéo pour quelques heures. Voilà une innovation pour le leader de la vidéo à la demande qui le rapproche de son concurrent dédié aux jeux vidéos Twitch, plateforme sur laquelle la mécanique du don pour rémunérer les streamers est déjà chose courante.

Enfin, un mot sur Daniel Schneidermann, d’Arrêt sur Images qui a comparu au tribunal de Nanterre ce mercredi dans l’affaire qui l’opposait au journal Le Point. Dans une chronique, il comparait le numéro du Point du 28 mai 2015 titrant « Les Arabes » avec une une du journal antisémite des années 1930 Je Suis Partout, titrant « Les Juifs ». Pour Schneidermann, il s’agissait de dénoncer, d’alerter sur l’essentialisation de certaines populations. Le titre n’a pas été du même avis, et Etienne Gernelle, directeur du Point, a poursuivi Schneidermann pour insulte. Le procès, duquel était absent Mr. Gernelle, a été l’occasion pour Mr. Schneidermann de défendre le principe fondamental de liberté de la presse.

En attendant le jugement début mars, passez une bonne journée, et à la semaine prochaine pour plus d’actu médias !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s