Grosse colère à la une cette semaine

Un débat en comité réduit, un nouveau magazine et l’état du journalisme en France. Rien que ça pour le menu de notre revue médias.

Le club des cinq

La séquence a déjà été visionnée 13 millions de fois sur Facebook depuis samedi soir. Nicolas Dupont-Aignan, invité au JT de TF1 a quitté le plateau pour protester contre le choix de la chaine d’organiser un débat entre seulement 5 des 11 candidats à l’élection présidentielle.

La première chaine a en effet préféré n’inviter lundi que les cinq candidats en tête des sondages. Soit Emmanuel Macron, Benoit Hamon, Jean-Luc Mélenchon, Marine Le Pen et François Fillon. Ce choix a été critiqué durant le débat par certains candidats eux-mêmes. Surtout que TF1 a été la seule chaine à faire ce choix puisque lors des prochains débats du 4 (BFMTV – CNews) et du 20 avril (France 2), les 11 candidats retenus par le conseil constitutionnel seront tous présents.

Ce coup d’éclat, en plus d’avoir offert un joli coup de com’ au candidat de Debout la France permet tout de même de soulever la question de la responsabilité des médias vis-à-vis de l’importance qu’ils accordent aux différents candidats. Candidats qui sont théoriquement tous aussi légitimes à ce stade de l’élection. Cette question se pose d’autant plus que le débat de lundi a connu un grand succès d’audience (10 millions de téléspectateurs) et aurait pu bénéficier à des « petits » candidats manquant de notoriété.

Pour aller plus loin:

– Cet article de Slate.fr qui raconte comment les six candidats restants ont passé leur lundi soir :
http://www.slate.fr/story/141356/vraie-soiree-debat-pas-tf1

Lancement cinq(uante) étoiles

Ce mercredi, arrivée d’un petit nouveau sur les rayons Presse. François Busnel, journaliste littéraire et Eric Fottorino créateur du « 1 », lancent « America » un nouveau trimestriel consacré aux Etats Unis.

Ce mook (contraction de « magazine » et « book » ), donnera quatre fois par an la parole à des écrivains français et américains pour qu’ils décrivent leur vision de l’Amérique de Donald Trump. Tiré à 500 000 exemplaires et vendu une vingtaine d’euro, ce premier numéro comptera entre autre une interview du prix nobel de littérature Toni Morrison et une de Barrack Obama portant sur la littérature.

Dans son édito, François Busnel explique qu’America tentera de raconter »[la] beauté, mais aussi [les] failles et les fêlures » du pays de l’oncle Sam. Petite particularité, la publication a d’ores et déjà une date de péremption puisqu’elle ne paraîtra que pendant quatre ans, jusqu’au départ de Donald Trump. Un pari trop optimiste ?

2016, une année rythmée par les départs de journalistes.

Wikimedia Commons

Les assises du journalisme de Tours se sont achevées ce vendredi 17 mars. Elles étaient comme chaque année l’occasion pour Jean-Marie Charon, sociologue du journalisme, de publier son « Baromètre social de l’emploi des journalistes » où il fait un bilan de l’état de la presse en France.

Premier constat, il y a de moins en moins de journalistes dans le pays (ou en tout cas de détenteurs de la carte de presse). Leur nombre ne s’élève aujourd’hui plus qu’à 35238, ce qui représente une baisse de plus de 5% par rapport à 2009, année où ils étaient le plus nombreux. La faute aux dépôts de bilans, disparitions de titres et aux nombreux plans sociaux (La Voix du Nord, L’Obs, l’Express, ITele, etc…).

Ce bilan constate aussi une modification du profil moyen des journalistes. Premièrement, 54% des  premières demandes de carte de presse sont effectuées par des femmes, ce qui indique la poursuite de la féminisation de la profession. Ensuite, les rédactions web se développent de plus en plus, comme le montre par exemple la success-story de Mediapart, avec ses 45 salariés.

C’est ce dernier constat qui fait dire à Jean Marie Charon, dans une interview à Télérama que la presse n’est pas tant en crise qu’en mutation. Le web tient une place toujours importante, les médias trouvent de nouveaux modèles économiques, les journalistes se diversifient… La période traversée par la presse ne serait donc qu’une phase de transition pour se mettre en phase avec la réalité du marché. Plus qu’à espérer que cette transition ne dure pas trop.

Pour aller plus loin:

– L’analyse plus détaillée du baromètre par l’AFP : http://www.la-croix.com/France/Les-journalistes-sont-toujours-moins-nombreux-France-2017-03-16-1300832296

 

Barthélemy Dont

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s